Le projet ESTHACE

 

Quel impact environnemental pour l’eau chaude sanitaire par chauffe-eau solaire ?

Quelles solutions optimisent cet impact ?

Le projet ESTHACE-ST, Eco-conception d'un système Solaire THermique par l'Analyse de son Cycle de vie et son impact sur l'Environnement, est un projet cofinancé par l'ADEME depuis 2009.  
L’objectif principal de cette étude est d’apporter des arguments scientifiques, techniques et économiques sur le positionnement du solaire thermique en termes d’impact environnemental.
L’étude couvre différentes alternatives possibles concernant la production des composants mis en œuvre dans un système : les capteurs, les ballons de stockage, les canalisations, les différents types d’implantation de capteurs, les différents éléments hydrauliques ainsi que les dispositions prises en fin de vie des systèmes.
Lors de la première phase de ce projet (2009), différents systèmes de chauffe-eau solaires individuels ont été étudiés, selon les solutions les plus répandues en métropole d’une part, dans les DOM d’autre part :

  • les systèmes de chauffe-eau solaires individuels à capteurs plans, avec appoint électrique ou appoint gaz (solutions utilisées en métropole)
  • les systèmes de chauffe-eau solaire à thermosiphon (solution utilisée dans les DOM)

L’objectif de la deuxième phase du projet ESTHACE (2010) est d’étudier les impacts des principaux systèmes de chauffe-eau solaires collectifs, selon les solutions les plus répandues en métropole d’une part et dans les DOM d’autre part.
Les résultats doivent contribuer à faire valoir les impacts environnementaux des différentes alternatives et à identifier, de ce point de vue, des axes d’amélioration pour les industriels concernés et des arguments à prendre en compte par les Maîtres d’Ouvrage.
L’étude a été réalisée en utilisant l’Analyse de Cycle de Vie (ACV). C’est un outil d’aide à la décision qui permet d’avoir une vue d’ensemble sur les impacts environnementaux de produits ou de services. Cette méthode, régie par l’International Standards Organisation (ISO), permet d’évaluer les conséquences environnementales d’un produit ou d’une activité sur l’ensemble de son cycle de vie. Elle tient compte :

  • de l’extraction et du traitement des matières premières,
  • des processus de fabrication,
  • du transport,
  • de la distribution,
  • de l’utilisation,
  • de la réutilisation du produit fini,
  • du recyclage et de la gestion des déchets en fin de vie.

L’ACV permet de mettre en évidence des catégories de dommage environnemental imputables à ce produit/service, telles que la consommation de ressources non renouvelables, la contribution à l’effet de serre, les impacts sur la santé humaine, et les modifications apportées aux écosystèmes. Cette méthode d’analyse constitue un outil pour intégrer les problématiques du développement durable.